Comment réduire ses impôts ? 2019-08-12T21:02:48+00:00

Comment réduire ses impôts ?

La grande question de la fiscalité ! Une fois que l’on sait comment investir, on va chercher comment réduire ses impôts. Comment conserver l’argent des revenus fonciers venant de notre investissement immobilier. Ou de tout revenu imposable arrivant dans son foyer fiscal ! C’est ce que Gontran recherche en tout cas. En effet, c’est un investisseur débutant qui suit des sessions avec vous pour apprendre l’art de l’investissement. Il ne va donc pas de suite se lancer dans un investissement type loi Pinel ! Il va plutôt chercher des biens locatifs qui produiront du déficit foncier ;o)

Tout au long de son (votre) éducation financière, je donne des informations nécessaires pour devenir un investisseur performant !

Après cela, il faut penser à garder pour soi ces deniers durement acquis. C’est l’objet de la session d’aujourd’hui. Fiscalité optimisée, défiscalisation immobilière en loi Pinel ou loi Malraux, investissement locatif et déficit foncier… Vous allez tout savoir !

Attention ! Je me dois de vous dire… Je vous donne tout en bas de cet article mon plus grand principe. Personne ne vous le dit sur internet, mais ma réussite est basée sur l’application à la lettre de ce credo. C’est le conseil que je donne à mes proches, à Gontran… Donc à vous aussi !

Mais voyons donc tout d’abord comment réduire ses impôts ;o).

Pourquoi optimiser sa fiscalité ?

Fiscalité des particuliers vs fiscalité des sociétés

Réduire ses impôts avec les dispositifs promus par l’état

Réduire ses impôts avec de bons investissements

Les autres investissements

Le mot de la fin

Pourquoi optimiser sa fiscalité ?

Oui, pourquoi ? Finalement, on peut chercher des investissements rentables… Et basta !

Ma réponse : parce que les impôts, tout comme les charges et autres prélèvements intermédiaires, sont des « fuites » dans votre portefeuille ! Si vous passez votre vie à remplir le pot et qu’une grande partie s’en va en fuites, c’est dommage. Pas grave. Mais dommage ! Voici un grand chapitre qui va guider vos choix pour les prochaines décennies.

– Mais si je gagne plus en revenus passifs que ce que prennent les impôts, je suis quand même bénéficiaire !

– Oui Gontran, mais tu vas y laisser beaucoup d’énergie. Tu n’as pas lu le livre que je t’ai conseillé ? « Père Riche, Père Pauvre », de Robert Kiyosaki.

– Non, j’ai pas eu le temps !! T’as vu tout ce que tu m’as donné à lire !

– Oui, je sais. Mais c’est parce que « les lecteurs sont les meneurs ». Je lis moi-même au moins un livre par mois. Deux ou trois si je peux ! Bref, je te propose un autre point de vue.

– Oui, lequel ? Parce que j’ai pas trop envie d’apprendre par cœur le Code Général des Impôts, moi !

Illustration

– Je comprends. Je vais t’expliquer. Imagine : tu gagnes 100 avec ton investissement.

– Un investissement immobilier ? En loi Pinel ?

– Oui. Ou en bourse. Ou en vente de produits d’information sur le web. Ou un dispositif Pinel, si tu veux :o)

– OK, je gagne 100.

– Bien. Avec ce gain de départ, tu faire plusieurs choses…

– Me loger, me nourrir, sortir au resto…

– J’appelle ça « vivre ». On ne va quand même pas dire « survivre », on se laisse un peu de marge. Ensuite ?

– Réinvestir, on l’a déjà dit. Réinvestir ce qu’il reste.

– Mouais, mais encore ?

– Ah, payer mes impôts !

Voilà !

– Exact. Sauf que si tu as optimisé ta fiscalité, tu les paies en dernier. Si tu n’as pas optimisé tu les paies en premier. Avant de vivre, avant de réinvestir, avant de te mettre en sécurité. Et du coup, tu dois piocher dans ce qu’ils t’ont laissé…

– Me mettre en sécurité ?

– Oui, épargner. Pour te mettre en sécurité en cas de coup dur. En plus des nouveaux investissements. Tu devras arbitrer tes revenus. Mais on parlera de la gestion financière un peu plus tard !

– OK, donc si je paie les impôts à la fin, je vais mieux vivre, mieux investir et être plus en sécurité !

Ce long dialogue a pour but d’expliquer l’intérêt majeur de bien connaitre la fiscalité. Et d’appliquer ces principes. Evidemment, rien ne sert de se former si on n’applique pas ensuite les préceptes à sa vie d’investisseur.

Cet article n’a pas vocation de faire de vous un avocat fiscaliste. Mais, en tant qu’investisseur, et probablement entrepreneur un jour, vous ayez cette carte supplémentaire dans votre main. Vous serez à même de comprendre les conseils que les spécialistes vous donneront. Et vous pourrez faire les bons choix pour vous !

Fiscalité des particuliers vs fiscalité des sociétés

Comment fonctionne l’imposition au niveau du particulier ?

Le particulier un salaire ou un traitement. Son imposition va se faire sur son revenu. Son impôt sur le revenu. C’est-à-dire sur le plus gros montant qui rentre sur son compte. C’est là que commencent ensuite les dépenses pour vivre. Et enfin, pour les plus sérieux, ils mettent de côté. Gontran s’y astreint. L’épouse de Gontran l’y astreint, plutôt ! Et elle a raison. Parce qu’ils commencent à avoir un peu d’argent sur leurs livrets.

Comment fonctionne l’imposition au niveau d’une société ?

Les recettes de la société rentrent sur son compte. Viennent ensuite les dépenses courantes. Salaires, charges, abonnements, achats de matière première… Restaurants avec les associés, voyages d’affaires, séminaires… Puis vient l’impôt sur les bénéfices. Sur les bénéfices. Pas sur les recettes ! Et c’est là que tout se joue.

Pour résumer, le particulier voit son impôt sur le revenu imputé sur son revenu (oui, c’est simple, mais il fallait le dire !). La société voit un impôt sur la différence entre les recettes et les dépenses (son bénéfice). La société a vécu avant son impôt.

Illustration

Le voisin de Gontran a un revenu de 100 000€ et je prends une imposition à 30%. Cela fait 30 000€ d’impôt sur le revenu. Je considère les dépenses annuelles de 60 000€, donc il reste 10 000€. Il pourra les placer sur une assurance vie, par exemple.

La société du beau-frère de Gontran a des recettes de 100 000€ et des dépenses de 60 000€. Ici, l’imposition de 30% va être appliquée sur la différence des deux. C’est-à-dire 40 000€ (100 000€ – 60 000€). L’imposition de 30% sur 40 000€ représente 12 000€. Il restera 28 000€. Le gérant pourra les placer sur la même assurance vie… mais il y en a plus ! Ou bien investir plus vite ou plus gros, dans un investissement locatif !

Si nous comparons les deux cas, en tant que particulier vous auriez payé 30 000€ d’impôts, alors que dans le cadre d’une entreprise vous auriez payé 12 000€. Belle différence, on a gagné 18 000€ !

Cela explique pourquoi les riches s’enrichissent ! Souvent les riches ne possèdent rien eux-mêmes. Ils possèdent leurs sociétés. Qui possèdent des biens immobiliers, des voitures, comptes en bourse, etc.

Je vous explique ce cas plus en détail dans la vidéo proposée en haut de cet article.

Réduire ses impôts avec les dispositifs promus par l’état

Certaines lois de défiscalisation immobilière sont promues par l’état auprès des contribuables lambda. Elles ont l’énorme avantage d’être proposées clés en main par les promoteurs immobiliers. Et donc de ne pas nécessiter de connaissances en matière fiscale… Elles apportent soit du déficit foncier, soit des revenus fonciers. Cela va réduire le revenu imposable du contribuable.

Je parle de la loi Pinel, en particulier. Il y aussi la loi Malraux, la loi Censi Bouvard, et d’autres. Se sont effectivement des dispositifs intéressants pour faire bénéficier de réductions d’impôts. Mais pas optimisés. Je l’ai expliqué ici à Gontran. Je considère qu’un investissement locatif performant, qui allège l’impôt sur le revenu de votre foyer fiscal, ne passe pas par un dispositif Pinel.

Pourquoi ces cadeaux, alors ?

Hé oui, si l’état promeut un dispositif, ce n’est pas un piège. Mais absolument pas un moyen d’échapper au FISC ! Au mieux, vous gagnez un peu. Mais il faut savoir que cette promotion a toujours un but. Par exemple, la loi Pinel soutient la construction immobilière massive, et l’industrie du BTP. La loi Malraux, elle, incite les investisseurs à rénover les bâtiments. Qui dit rénovation, dit dynamisation des centres-villes et diminution du risque d’accidents. Et cela soutient l’industrie du BTP. Ces lois incitent à un investissement de proximité, pour limiter les investissements à l’étranger.

Attention. Un dispositif Pinel sera tout de même plus intéressant, en général, qu’un placement sur une assurance vie. Cela reste un investissement immobilier, qui fait grossir votre patrimoine. Une assurance vie, capée à 2 ou 3%, est sûre. La loi Pinel propose des rendements un peu plus élevés, mais il faut se méfier de ce qui est proposé.

– Ah bon, pourquoi ?

– En réalité, Gontran, l’état a proposé la loi Pinel pour soutenir la construction immobilière. Puis a laissé les promoteurs s’occuper de la mise en place. C’est là que le bât blesse.

– Il ne sont pas très « altruistes » !

– Non, et plutôt intéressés par les profits. L’idée d’urbaniser les banlieues pour désengorger les centres-villes est bonne. Mais ils achètent les terrains au moins cher. Et donc les biens proposés en dispositif Pinel ne sont pas toujours bien placés. Et comme ils montent des lotissements entiers, ils créent un déséquilibre local du marché immobilier !

– J’avais pas vu ça comme ça ! C’est pas bon, alors.

– Si, ça peut l’être, mais il faut connaitre le secteur où se situe ton investissement. Investissement locatif pour lequel tu t’endettes sur pas mal d’années ! Et que tu ne vas pas vouloir revendre avant 9 ans, sinon tu perds ta défiscalisation immobilière…

Réduire ses impôts avec de bons investissements

Nous avons vu plus haut qu’il est intéressant d’investir et de vivre grâce à sa société. Cela vous permet de bénéficier d’une fiscalité optimisée, beaucoup plus que les dispositifs de défiscalisation immobilière habituels. Parlons encore un peu d’immobilier.

Au-delà de créer une société, il faut faire de bons investissements. Les loi Pinel, loi Malraux, loi Girardin ne nous y aident pas, on l’a vu également. Un bon investissement locatif, contrairement à l’achat de votre résidence principale, va vous permettre de créer du déficit foncier, à défalquer de vos revenus fonciers. Ces revenus fonciers allégés vont être intégrés à votre revenu imposable. C’est à ce moment qu’est calculé votre impôt sur le revenu.

Un bon investissement immobilier va être au moins quatre fois plus rentable qu’une assurance vie.

La différence avec la résidence principale

Pour votre résidence principale, vous allez acheter sur un coup de cœur. Vous n’allez pas chercher le même rendement que pour un investissement locatif. C’est dommage, car vous pourriez faire les deux en même temps ! En effet, rien n’interdit d’acheter un logement avec une société, et de le lui louer. Il va juste falloir payer un loyer dans le marché. Ainsi, la société pourra bénéficier de réductions d’impôts sur les travaux. Et vous, vous récupérez les revenus fonciers, à déduire de votre revenu imposable. C’est mieux qu’une assurance vie, non ?

Attention, j’entends les juristes m’engueuler ! En effet, ce que je viens de décrire n’est valable que si vous justifiez le montage en société. Et « optimisation fiscale » n’est absolument pas considérée comme une justification acceptable pour une montage de ce type. Mais vous pouvez acheter le bien à plusieurs cousins, et créer des appartements pour y habiter !

Vous avez compris que les revenus fonciers s’ajoutent aux revenus du foyer fiscal. En créant un maximum de déficit par des travaux ou par des charges, vous allez alléger votre impôt. Par rapport à ces mêmes revenus (salaires + foncier) sans déficit. C’est un peu mieux que ce que proposent les loi Pinel et loi Malraux pour votre investissement immobilier.

Pour aller dans le détail, j’ai également fait une session complète avec Gontran pour ne pas payer l’impôt sur la plus value immobilière.

Les autres investissements

Nous avons surtout parlé d’immobilier, me direz-vous. C’est vrai. C’est parce que les règles des sociétés s’appliquent partout. Mais que l’immobilier a en plus ses propres règles. Et que cela complexifie grandement l’analyse ! Pour autant, une optimisation reste une optimisation. C’est juste que l’immobilier, propose tout un tas de possibilités qu’il ne faut pas négliger. Qu’il faut au moins connaitre. D’autant plus que c’est l’investissement le plus accessible.

Les investissements financiers ont eux aussi leurs propres règles. Il existe des moyens d’optimiser sa fiscalité là aussi. Cela passe souvent par des lois nationales. Et des lois de fiscalité sur les revenus du capital. Certains achètent donc leur résidence principale… dans un paradis fiscal. D’où ils peuvent opérer leur business en ligne ou leurs trades via internet !

Le mot de la fin

Je vous l’avais promis en introduction ! Malgré le sujet de cet article, je me dois de vous donner le conseil que je donne à mes proches. Je veux vous donner une chose dont personne ne parle. Que tout le monde n’applique pas. Mais qui me semble primordiale…

En effet, tout ce que nous venons de voir est important pour ne pas créer de fuites dans votre portefeuille. Mais mon credo, pour tous mes investissements, c’est…

NE CHERCHE PAS A PAYER MOINS, CHERCHE A GAGNER PLUS !!